Circus Poker v2.0


14
MAR

Un jeton, un siège...

Les origines (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 14 mars 2012 - 11:23

Cet article n'est pas réellement de l'actualité immédiate, quoique... Combien d'entre nous utilisent couramment l'expression: "Un jeton, un siège", sans connaître réellement la provenance de celle-ci?

 

Une excellente occasion pour moi de vous dresser le portrait d'un joueur talentueux, disparu depuis presque 24 ans, mais qui a marqué indéniablement l'histoire de notre passion... J'ai nommé Jack Straus.

 

Né le 16 juin 1930, Jack Straus est principalement connu pour avoir remporté le Main Event des World Series Of Poker en 1982.

 

Le parcours du joueur américain, durant ce tournoi, fut pour le moins chaotique. Si bien qu'à un moment de celui-ci, il ne lui restait plus qu'un seul et unique jeton de 500 le premier jour, même pas suffisant pour couvrir une blind. Un exceptionnel come-back se mit alors en marche, et le vit remporter le tournoi devant des joueurs du calibre de Doyle Brunson, Sailor Roberts, ou Dewey Tomko.

 

La légende: "a chip and a chair" était née.

 

Malgré cette victoire de prestige (agrémentée d'une autre quelques années plus tôt dans un 2-7 single draw), Jack Straus était surtout et principalement un joueur de cash-game.

 

Originaire du Texas, à l'instar des Doyle Brunson, Amarillo Slim, ou autre Johnny Moss, ce géant des tapis verts, qui mesurait plus de deux mètres (ce qui lui valut le surnom de "Tree-Top", littéralement Haut de l'arbre), a abandonné rapidement sa carrière d'enseignant universitaire pour se mettre, en véritable "Rounders" des années cinquante,  à sillonner tout le pays à la recherche des parties de cash-game les plus juteuses.

 

Comme la plupart de ses congénères, le grand Jack était un adepte du Carpe Diem. Il adorait la vie, et prenait son pied à parier sur tout ce qui lui tombait sous la main. Il avait d'ailleurs un faible pour les paris sportifs. Un véritable aventurier qui ne se séparait jamais d'une patte coupée à un lion lors d'un safari en Afrique (il la portait autour du cou avec comme inscription: "Plutôt vivre un jour comme un lion qu'un siècle comme un agneau")

 

Au poker, son talent n'avait d'égal que sa créativité. Un véritable scandinave avant l'heure, adepte de la sur-relance automatique. Fin psychologue, il réalisa sans doute un des plus beaux bluffs de l'histoire du jeu, en manipulant très intelligemment son adversaire.

 

Ce coup mythique se déroule dans une partie de cash game. Nanti de la pire des mains 7s 2c il décide de relancer préflop. Se voyant sur-relancé par un joueur très serré, détenant vraisemblablement une grosse paire, il décida de compléter.

 

Le flop 7d 3d 3h Son adversaire, en checkant, lui donna l'occasion d'ouvrir les enchères pour définir la force de sa main. Ce qu'il fit pour se voir check-raiser. Il complète.

 

La turn est le 2s Nouveau check de son frileux adversaire et moment choisi par Strauss pour placer une énorme mise.

 

Son adversaire l'interroge alors et lui demande s'il possède deux as... Strauss lui répond que non, mais lui propose de découvrir une de ses deux cartes pour la modique somme de 100$. Son adversaire accepte, et la carte révélée se trouve être le 2c

 

Convaincu que Strauss possède en main une paire de 2 (et donc un full) son adversaire coucha sa paire de rois, et quitta la table en l'insultant.

 

Cette légende du jeu est rapportée dans le film "Stuey", et même s'il ne s'agit pas de Strauss, c'est bien de lui que s'inspire cette scène mythique.

 

 

Le grand fan d'Hemingway sera seulement vaincu par la mort une nuit d'août 1988, faisant une crise cardiaque, alors qu'il jouait au poker. Il avait juste 58 ans.

 

Quelques semaines plus tard, il sera admis, à titre posthume, dans le prestigieux Hall Of Fame du Binion's Horseshoe.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


14
MAR

Attention à la collusion...

...même non voulue (par Julien Becquart)

Catégorie : EPT
Publié le : 14 mars 2012 - 10:01

Les tentatives de tricherie sont, sans nul doute possible, un des pires fléaux de notre poker. Parmi les actes délictueux potentiels, on entend souvent parler de collusion.

 

La collusion dans le poker consiste donc en un accord entre plusieurs joueurs qui communiquent et jouent ensemble sur une même table afin d'avoir un avantage sur leurs adversaires, ou tout simplement pour s'éviter et se protéger.

 

Il est évidemment difficile de débusquer les potentiels tricheurs, car il est rare de voir leurs cartes. Néanmoins les croupiers et les chefs de salles ont des recours via le règlement s'ils débusquent ce qui pourrait être une tentative de "jeu à plusieurs".

 

Certaines de ces règles sont d'ailleurs très précises, notamment celle d'avoir l'obligation de relancer avec le nuts à la rivière quand on est le dernier à parler.

 

C'est ce qui est arrivé hier,  à l'EPT de Madrid, au joueur Simon Ravnsbaek. Nanti de Kh Jh sur un board contenant Ah Qh Th (une quinte flush royale - le nuts absolu en l'occurrence) il paya seulement la mise de son adversaire à la rivière.

 

Le croupier appela immédiatement le chef de salle pour tentative potentielle de collusion. Ravnsbaek tenta d'expliquer qu'il pensait avoir Kh XX et donc la couleur max, et comme une doublette était apparue sur le board, il avait juste préféré payer sans se rendre compte qu'il avait le meilleur des jeux possibles.

 

Qu'à cela ne tienne... Bonne volonté ou pas, c'est interdit. Une erreur d'attention qui envoya Ravnsbaek dans le rail, le temps d'un tour de pénalité. A bon entendeur...

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


13
MAR

EPT de Madrid (2)

Retour sur le jour 1B...

Catégorie : EPT
Publié le : 13 mars 2012 - 23:37

L'affluence a été au rendez-vous à Madrid pour le jour 1B du Main Event de la 10ème étape de la huitième saison de l'European Poker Tour.

 

352 joueurs ont participé à la journée, portant le total final de participants au tournoi à 477 joueurs.

 

 

197 joueurs ont survécu à la journée et rejoignent les 67 qualifiés du day 1A pour constituer un field au jour 2 de 264 joueurs.

 

 

Nous avions 6 compatriotes en course aujourd'hui. Jean Marie Vandeborne (95.200), Kenny Hallaert (74.000), Davidi Kitai (51.500), Koen De Visscher (35.200) et Kevin Vandersmissen (34.700) rejoignent le jour 2, alors que Thomas Mercier doit plier bagages un peu plus vite que prévu.

 

Cette quintuple qualification compense le maigre 0/2 de la veille, et nous promet une belle seconde journée noir-jaune-rouge.

 

Parmi les joueurs "notables" qualifiés, on trouve: Ilan Boujenah, David Benyamine, Angel Guillen, Nicolas Levi, Faraz Jaka, David Vamplew, Nacho Barbero, Stephane Albertini, Johnny Lodden, Bruno "Kool Shen" Lopes, Dominik Nitsche, Joep Van Den Bijgaart, Julian Herold, Nicolas Chouity, Olivier Busquet, Oleksii Kovalchuk, Kevin MacPhee, Rupert Elder, Paul Berende, Yorane Kerignard, Melanie Weisner, Martin Jacobson, Tristan Clemencon, Jake Cody, Antonin Teisseire, Fatima Moreira de Melo, Juan Manuel Pastor, et Michael Tureniec.

 

Par contre, nous ne reverrons plus Leo Fernandez, Mickey Petersen, Theo Jorgensen, Manuel Bevand, Guillame Darcourt, Bertrand "ElkY" Grospellier, Richard Toth, Eli Elezra, Ruben Visser, Andrey Pateychuk, Leo Margets, Ana Marquez, Eugene Katchalov, Steve O'Dwyer et Victor Ramdin, qui ont tous été éliminés aujourd'hui.

 

Le prize-money total du tournoi se monte à 2.313.450$. Il y aura 72 joueurs dans l'argent, et le vainqueur repartira avec la jolie somme de 545.000€.

 

Créditphoto @poker770

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


13
MAR

Reprise du SuperStar Showdown ce soir

Haxton connecté pour tenter de refaire son retard (par Julien Becquart)

Catégorie : Poker Online
Publié le : 13 mars 2012 - 14:18

Il semblerait que les soucis de connexion connus par Isaac Haxton ce dimanche appartiennent désormais au passé. D'après l'américain, une tempête aurait frappé récemment l'Ile de Malte où il réside, rendant les connexions internet défaillantes.

 

Un mal pour un bien, puisqu'après à peine 692 mains, Haxton accusait déjà un retard de près de 100.000$ sur Isildur1, lors du match de ce dernier dimanche. Les mauvaises langues iront jusqu'à dire qu'il s'agissait d'une tempête politique...

 

Toujours est-il que tout semble rentré dans l'ordre, puisque PokerStars a annoncé la reprise du match pour ce soir 19H00.

 

Haxton parviendra-t-il à résorber son retard? Rien n'est moins sûr, au vu de la confiance montrée par Viktor Blom (dans une interview récente, il se déclarait ni plus ni moins comme étant le meilleur joueur de heads-up du monde).

 

Créditphoto @pokernews


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


13
MAR

Joueront... Jouera pas...

Jason Mercier en coin flip pour le One Drop (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 13 mars 2012 - 13:40

Le poker de haut niveau comporte de nombreux "à-côtés". Un de ceux-ci, majeur qui plus est, consiste pour les joueurs à assouvir leur soif d'adrénaline à travers toute sorte de paris, plus communément appelés side-bets.

 

Les joueurs de poker sont avant toute chose...des joueurs. La plupart apprécie en général de corser les enjeux financiers des tournois du circuit, ou des parties de cash game en cours, en pariant sur toute sorte de choses.

 

Les paris peuvent se prendre en rapport avec le poker, comme par exemple parier sur la couleur de la première carte retournée par un croupier, ou bien de manière plus général à agrémenter les cagnottes de tournois en organisant un last longer (le dernier en course prend la cagnotte, à l'image de Phil Hellmuth dans un tournoi annexe du récent WPT LA Classic).

 

Ils peuvent aussi être tout autres. On a ainsi vu récemment un pari opposant Tony G à Mélanie Weisner, concernant la capacité de la belle à parcourir 100m sur un monocycle sans tomber. Enjeu: les 10.000$ d'inscription à l'Aussie Millions. On a également vu Elky est Lex Veldhuis s'affronter au Kick Boxing, ou encore d'autres, tels Mike Matusow, parier sur une énorme perte de poids. Certains s'en remettent également au hasard pour décider qui va régler l'addition du somptueux restaurant du soir - La Credit Card Roulette (un article sur ces paris spécifiques est en préparation).

 

Mais une des passions communes à tous ces parieurs de l'extrême, est sans aucun doute les paris sportifs. On se souvient des paris réalisés par Phil Ivey il y a 3 ans aux WSOP, à tel point que ce dernier passait plus de temps scotché devant un écran de retransmission, qu'à table devant ses propres cartes.

 

Une passion qui a semble-t-il touché l'américain Jason Mercier dont le récent message sur twitter ne laisse planer aucun doute sur les enjeux financiers liés aux résultats de la NBA: "If heat don't win nba championship. I prolly wont be able to play the « one drop » event. However if they do win, 5-10 other players wont play" (traduisez par: "Si Heat ne gagne pas le championnat NBA, je ne pourrai probablement pas jouer l'event One Drop à 1 million de dollars. Si ils gagnent, je pourrai financer de 5 à 10 joueurs pour le jouer").

 

De belles émotions en perspective pour la star américaine...

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news



Le pourboire est libre et discrétionnaire

Site Internet par Xstudio.be | Backend par Produweb