Circus Poker v2.0


14
MAI

L'essentiel des probas au poker

Le nouveau livre de Montmirel (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 14 mai 2011 - 23:32

Les Éditions Fantaisum sous la direction de François Montmirel ont publié ce 12 mai un memorandum sur les probabilités au poker.

 

Mathématiques et poker ont toujours été associés dans la littérature poker avec plus ou moins de bonheur et de complexité. Depuis « Poker Cadillac » du même auteur, rien n'a vraiment changé et un jeu de No Limit Hold'em comprend toujours 52 cartes et offre 1326 mains possibles.

 

L'ouvrage intéressera les débutants et les joueurs plus expérimentés par son approche pédagogique et les moyens mnémotechniques livrés aux lecteurs. Le livre porte bien soin titre puisqu'il est consacré à l'essentiel et que cet essentiel vous aidera mais ne suffira pas pour faire de vous un joueur gagnant. L'auteur précise judicieusement : "Non, le poker n'est pas un jeu mathématique. Mais aucun joueur ne peut libérer son génie pokérien sans maîtriser d'abord les probabilités et les cotes financières".

 

Ce livre de 96 pages ne vous coûtera qu'une cave en NL0,10 et vous fera (re)découvrir :

 

- la notion de probabilité
- les mains de départ
- les confrontations avant le flop
- le flop
- l'amélioration au flop
- les confrontations au flop
- l'amélioration sur le tableau complet
- la notion d'out
- la cote du pot
- la cote explicite
- la cote explicite inversée
- les cotes implicites externes
- l'espérance de gain
- la fold equity
- le tracker
- le rake
- l'ICM
- la bankroll

 

Un ouvrage qu'apprécieront particulièrement les débutants et les joueurs peu expérimentés. Les meilleurs y retrouveront un référentiel et attendront leur bonheur dans l'édition prochaine (2012) de la bible en la matière, "Mathematics of poker" de Bill Chen et Jerrod Ankenman.

 

« L'essentiel des probabilités au poker ».
François Montmirel
Editions Fantaisium
ISBN: 978-2-917425-25-1
Format: 17 x 17 cm
Prix public: 10 euros

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


14
MAI

Du plaisir du jeu...

...au jeu pathologique... (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 14 mai 2011 - 10:28

Ce n'est pas un hasard si ce vendredi 13 a été annoncé la parution d'un livre sur le passage du plaisir de jouer au jeu pathologique.

 

Cet ouvrage donne les clefs de la gestion de l'addiction au jeu et évoque aussi bien les jeux vidéo que les jeux d'argent et de hasard. Les auteurs sont issus du milieu médical. Michel Reynaud et Abdou Belkacem (hôpital Paul-Brousse - AP-HP) et Jean-Luc Venisse (CHU de Nantes) répondent ainsi aux questions suivantes :

 

- Le jeu est-il important pour l'être humain?
- Le jeu pathologique est-il une addiction très fréquente?
- Le joueur pathologique joue-t-il sans arrêt?
- Faut-il aller vers l'abstinence totale?"
- A qui m'adresser pour en parler?
- …

 

Dans la préface, les auteurs donnent le ton : « Le jeu pathologique pourrait constituer une mauvaise rencontre entre un individu fragile face à ses désirs insatisfaits et une offre commerciale aguichante ».

 

Il est vrai qu'avec la légalisation des jeux en ligne, l'offre s'est étoffée en France et en 2010 le montant des mises des quelque 30 millions de joueurs français s'est élevé à 26,3 milliards d'euros. Plus de 60% des Français ont déjà joué à un jeu de la Française des jeux qui a apporté son "soutien institutionnel" à la publication du livre.

 

Ce soutien qui pourrait paraître suspect aux yeux de beaucoup est évoqué clairement par le Professeur Reynaud : « La FdJ n'a pas eu de regard sur un seul mot de l'ouvrage ». Il remarque cependant que « Les jeux d'argent sont un problème de santé publique limité, au regard du nombre de joueurs. Le jeu pathologique c'est 0,5% de la population mais il est vraisemblable que le nombre de joueurs pathologiques augmentera parallèlement au nombre de joueurs ».

 

Le psychiatre indique également la valeur sociologique et formatrice du jeu : « Le jeu est universel. Ca fait vraiment partie du plaisir de l'humanité. C'est extrêmement formateur. C'est à la fois de la prise de risque, de l'excitation et de la construction mentale. C'est un bel outil le jeu ».

 

La première étude sur le jeu pathologique en France, menée conjointement par l'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) et l'Institut national de la prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) paraîtra fin juin.

 

(« Du plaisir du jeu au jeu pathologique », éditions Maxima, collection « 100 questions pour mieux gérer la maladie », sous l'égide de l'AP-HP, 200 pages, 14,50 euros).

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


13
MAI

Le poker jeu d'adresse?

Une étude américaine le prouverait (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 13 mai 2011 - 11:37

Prouver que le poker est un jeu d'adresse et non de chance pourrait être une grande victoire pour l'industrie en ligne. Une nouvelle étude tente de le faire.

 

A l'Université de Chicago, le professeur d'économie Steven Levitt, aidé du professeur Thomas Miles, a publié un document de travail intitulé «Le rôle des compétences par rapport à la chance au poker." Dans ce document qui fait référence au championnat du monde 2010, ils tentent de répondre à la question centrale autour de la légalité de l'industrie du poker en ligne: est-ce un jeu d'adresse ou de chance?

 

L'industrie très populaire de poker en ligne a suscité la controverse depuis un certain temps. Malgré les efforts déployés pour freiner l'industrie, notamment de 2006 suite au « Unlawful Internet Gambling Enforcement Act », plus de 10 millions d'Américains jouent encore au poker en ligne pour de l'argent. Le mois dernier, trois des sites de poker en ligne - Full Tilt Poker, PokerStars et Absolute Poker - ont été fermés par le FBI, et le gouvernement fédéral a annoncé son intention de récupérer 3 milliards de dollars de ces sociétés selon le Los Angeles Times.

 

La question centrale autour de la légalité de l'industrie, sur laquelle les consommateurs américains dépensent chaque année 6 milliards de dollars, a été de savoir si le poker est un jeu lié aux compétences (adresse) ou à la chance.

 

Pour répondre à la question, Levitt et Miles ont examiné les données de tous les tournois des championnats du monde 2010. Cet événement annuel, qui s'est tenue à Las Vegas, comprend 57 tournois, 32.000 participants et 185 millions de dollars de prize money, y compris le "Main Event", dans lequel le grand gagnant (Jonathan Duhamel en l'occurrence) gagne près de 9.000.000 de dollars.

 

Le duo a trouvé des preuves significatives que le poker nécessite des compétences. Les joueurs identifiés a priori comme très habiles (les professionnels) ont obtenu un retour sur investissement de plus de 30%, contre moins 15% pour tous les autres joueurs ce qui se traduit en chiffres par un gain en moyenne 350 $ par tournoi pour les joueurs expérimentés tandis que les autres joueurs ont perdu 400 $ en moyenne.

 

Pour mettre cela en perspective, Levitt et Miles comparent le rendement d'un investissement de poker avec les marchés financiers. «Les différences observées dans ces retours sur investissement sont statistiquement très significatives et beaucoup plus larges que celles observées sur les marchés financiers», ont-ils souligné.

 

En langage courant, cela signifie que l'argent des joueurs expérimentés est mieux investi dans un tournoi de poker qu'à Wall Street en dépit de la sagesse conventionnelle qui indique.

 

L'étude signale également des similitudes entre les résultats des joueurs de poker de qualité et les sportifs de la Major League Baseball. Et dans la mesure où le baseball est, sans aucun doute possible, un jeu d'adresse, la même conclusion pourrait être appliquée au poker à la lumière de ces données.

 

Les autorités compétentes feront-elles le même parallélisme ? On se permet d'en douter.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


13
MAI

Boneta à contretemps

Le trafic de rolex ne paie pas (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 13 mai 2011 - 10:40

Si tu es fauché et que tu n'as pas une Rolex à quarante ans, c'est que tu ne connais pas Eric Boneta.

 

Boneta faisait la une de l'actualité pour sa participation à la plus célèbre des émissions de poker : « High Stakes Poker » où il côtoyait des champions tels que Brunson, Negreanu, Mercier, …

 

Récemment, il a fait la une de la chronique judiciaire américaine pour une sombre histoire de trafic de Rolex.

 

L'homme possède une entreprise tout à fait légale dans la vente de montres. Cependant, il a importé illégalement pour plus de 1,9 million de dollars de montres et de pièces d'horlogerie.
Il devra donc renoncer à cette marchandise et payer une amende de 350.000$.

 

Eric « Rolex » Boneta a tenté d'importer de Hong Kong vers l'aéroport de John F. Kennedy des expéditions de montres destinées au «marché gris» (gray market). Cette marchandise est autorisée par Rolex pour la vente seulement en dehors des États-Unis, généralement à des prix inférieurs à ceux pratiqués pour des articles comparables autorisés à la vente sur le territoire américain. Après la saisie des envois, Homeland Security Investigation (HSI) a mené une enquête sur l'activité d'importation de Boneta. L'enquête a abouti à une perquisition dans les bureaux de Boneta où des agents de HSI ont saisi plus de 200 montres Rolex, ainsi que d'un assortiment de centaines de pièces d'horlogerie Rolex.

 

Plus de 2.000.000 de pertes, ça fait cher la Rolex !

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


13
MAI

EPT Grande Finale (5)

Un vénézuélien s'impose (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 13 mai 2011 - 09:13

Pour la première fois de l'histoire du jeu, un vénézuélien s'est imposé dans une étape de l'European Poker Tour. C'est en effet Ivan Freitez qui s'est imposé à Madrid après une des finales les plus rapides de l'histoire de l'EPT.

 

Si le joueur n'a pas impressionné par son style de jeu, somme toute très gambleur et empreint d'une réussite insolente, il n'en a pas moins remporté un des titres les plus enviés de l'année, à savoir celui de la Grande Finale annuelle de l'European Poker Tour.

 

Pour rappel, 686 joueurs ont participé à cet événement, dont 8 belges. A l'arrivée, deux belges termineront dans l'argent, Pierre Neuville pour la sixième fois de la saison et surtout Shahriar Soltanissab (Shaso) aux portes de la table finale (15ème).

 

Pour sa victoire, Ivan Freitez s'est adjugé la plus grosse part du gâteau, remportant un chèque étourdissant de 1,5 million d'euros.

 

Son malheureux adversaire dans le HU final, le talentueux Torsten Brinkmann, n'a malheureusement pas eu voix au chapitre, tant Freitez a dominé les débats, partant soit devant avec de meilleures mains, soit touchant alors qu'il partait derrière.

 

 

Les joueurs pro Pstars Juan Maceiras et Alex Gomes terminent respectivement 5ème et 7ème, sans avoir pu réellement défendre leurs chances en finale.

 

 

La saison 7 de l'European Poker Tour est désormais terminée.

 

De manière générale, notre pays peut être fier de sa campagne. Un prochain article reviendra en détail sur la saison 7 des belges à l'European Poker Tour.


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news



Le pourboire est libre et discrétionnaire

Site Internet par Xstudio.be | Backend par Produweb