Circus Poker v2.0


05
MAI

Et si on se donnait rdv...

Bruel double la mise à Vegas (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 05 mai 2011 - 18:45

Quoi de mieux que de pouvoir allier ses obligations professionnelles et sa passion? C'est ce qu'à dû penser Patrick Bruel lors de l'élaboration de sa tournée de concerts en 2011.

 

Finaud le Patrick puisqu'il va se poser à Vegas durant les Championnats du Monde de Poker, les fameux WSOP. C'est cinq jours avant le day 1A du main event que Bruel prendra le micro pour un spectacle intitulé "Just You and me au "Wynn" à quelques minutes des tables du WSOP. Spectacle intimiste avec deux guitares.

 

"Depuis 1994, je suis chaque année à Las Vegas pour participer aux Championnats du monde de poker. Cette année, un rêve se réalise, pouvoir conjuguer deux passions au même endroit", explique le chanteur dans un communiqué de presse.

 

Patriiiiiick est loin d'être un néophyte sur les WSOP comme en témoigne son palmarès que beaucoup jalousent:

 

1997 :
- $1500 Omaha Pot Limit 7 Card Stud – 15ème - $4230

 

1998:
- $2000 Hold'em Pot Limit – 23ème - $2748
- $2500 Omaha Pot Limit – 6ème - $15300
- $5000 Limit Hold'em – 1er - $224000

 

1999:
- $5000 Limit Hold'em – 14ème - $6050

 

2001:
- $1500 Omaha Limit – 17ème - $2095

 

2002:
- $5000 Pot Limit Omaha – 2ème - $100580

 

2005:
- $1000 No Limit Hold'em – 15ème - $21150

 

2009:
- $3000 No Limit Hold'em triple Chance – 55ème - $8037
- $10000 No Limit Hold'em main Event – 428ème - $27469

 

Soit dix fois dans l'argent sur sept editions différentes.

 

Si on se donnait rendez-vous dans dix ... semaines.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


05
MAI

Pro Poker League

Qui fera partie de l'élite? (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 05 mai 2011 - 12:20

Nous en savons désormais un peu plus au sujet des critères permettant aux joueurs de prétendre à participer aux tournois de la Pro Poker League.

 

Tout d'abord, les "top players" recevront une carte d'invitation valable cinq ans. Pour obtenir ce sésame, ils doivent cumuler 4 millions de dollars de gains au cours de leur carrière. Toutefois, afin d'éviter la présence de joueurs ayant réussi une seule performance sans avoir jamais pu confirmer par la suite, chaque gain est plafonné à 2.000.000 $.
Ces heureux élus auront également gagné trois titres majeurs et 9 itm depuis 2008.

 

A ce jour, ils sont relativement peu à prétendre à la "5 years card" :

Daniel Alaei, David Chiu, Hoyt Corkins, Scott Clements, Allen Cunningham, Roland De Wolfe, Freddy Deeb, Chris Ferguson, Barry Greenstein, Phil Hellmuth, Phil Ivey, John Juanda, Howard Lederer, Erick Lindgren, Jeff Lisandro, Mike Matusow, Michael Mizrachi, Carlos Mortensen, Daniel , Negreanu, Men Nguyen, Scotty Nguyen, John Phan, Huck Seed (photo), Erik Seidel, Vanessa Selbst, et JC Tran.

 

Certains grands noms du poker sont évidemment absents de cette liste mais il faut compléter celle-ci avec les pros qui ont reçu une carte "3 ans" ou bien encore une carte "2 ans", dont les critères sont similaires à ceux évoqués ci-dessus tout en étant plus "abordables".

 

Il n'en reste pas moins que certains joueurs très connus sont pour le moment écartés de la ligue. Il s'agit essentiellement de joueurs n'ayant pas confirmé une grande victoire ou n'ayant pas réussi à briller dans les grands tournois ces dernières années.
Citons parmi eux Chris Moneymaker, Jamie Gold, Jonathan Duhamel, Todd Brunson, Dan Harrington, T.J. Cloutier, ...

 

Bonne nouvelle pour ceux qui n'ont pas encore réussi à obtenir leur "tour card", la liste sera complétée le premier août prochain, ce qui permettra de comptabiliser les tournois de ce printemps et surtout les WSOP 2011.

 

A ce jour, 218 joueurs ont obtenu leur sésame pour la ligue. Le premier tournoi de cette première saison aura lieu en août prochain.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


05
MAI

Fréquentation des salles online

Nouvel ordre ou statu quo? (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 05 mai 2011 - 09:18

Trois semaines ont passé depuis le "black friday". Il est donc temps de faire un bilan de l'activité des salles de poker online depuis la fermeture brutale des salles opérant avec les joueurs américains.

 

On s'attendait à un gros renversement des tendances et à une forte baisse des deux leaders mondiaux particulièrement touchés par l'action du FBI. Or, si l'on en croit Poker Scout, le site web évaluant le trafic des salles de poker en ligne, la réalité des chiffres a de quoi étonner.

 

PokerStars enregistre une perte nette de 28%, alors que Full Tilt perd 35% de trafic. Néanmoins, malgré ces pertes, les deux géants restent en tête du poker online, largement devant Party Gaming, troisième mais à distance respectable.

 

La perte est bien plus inquiétante pour le réseau CEREUS qui paie là une gestion calamiteuse de la crise. Passant de la 6e à la 28e place, CEREUS perd 65% de son trafic et sa survie est clairement en question.

 

Les réseaux "Merge" et "Bodog", qui proposent toujours une solution de jeu aux jueurs US profitent clairement de la situation en améliorant leur trafic de plusieurs dizaines de % mais ces chiffres, même excellents, indiquent clairement que la grande majorité des joueurs américains ont tout simplement arrêté le poker online, créant une dépression de 22% dans le trafic mondial en ligne.

 

Quant aux salles européennes qui refusaient déjà les joueurs américains, elles ne profitent que très peu du black friday puisque si Party Gaming et 888poker grignotent quelques pourcents, ceux-ci sont compensés par la baisse brutale (9%) du réseau Ongame et celle, plus mesurée, du réseau ipoker.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


04
MAI

Lost Vegas

L'envers du décors (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 04 mai 2011 - 10:11

En 2009, Pauly McGuire, blogger, journaliste, écrivain et grand amateur de poker publiait dans sa langue natale « Lost Vegas ».

 

Cet ouvrage retrace quatre championnats du monde de poker de 2005 à 2009. Non pas le côté officiel avec classements, mains d'anthologie et clichés de vainqueurs au poignet braceletisé mais la face cachée des WSOP et de la ville qui les accueille, Vegas.

 

C'est à travers le regard curieux et sans concession d'un stakhanoviste des medias poker que nous découvrons ce que l'on adore ou abhorre de Sin City.
Le développement du poker après le sacre de l'inconnu Moneymaker, la mégalomanie de Phil Hellmuth, le scandale de la room en ligne Ultimate Bet, l'alcoolisme de Scott Nguyen ou encore l'affaire Tiffany Michelle sont évoqués dans de courts chapitres au style incisif émaillés de discussions philosophiques de stripteaseuses et d'anecdotes troublantes.

 

La France possède également en Benjamin « Benjo » Gallen un blogger-reporter hors normes. Bien qu'il n'ait pas (encore) écrit de livre, Benjamin Gallen a un parcours similaire au grand frère américain. One self made man débutant comme pigiste amateur pour un forum, Benjo a, grâce à sa plume talentueuse, gagné ses galons de journaliste de poker reconnu de tous et ses articles sont attendus par les amateurs de poker et de littérature.

 

Pauly McGuire et Benjamin Gallen ne pouvaient que se rencontrer et s'apprécier. Devenus amis, McGuire a confié à Benjo la traduction de cet ouvrage qui va paraître sous peu dans une vraie maison d'édition (entendez un éditeur non uniquement dédié au poker).

A cette occasion, Gallen nous a concocté une quatrième de couverture à nous mettre l'eau à la bouche :

 

« Où, ailleurs qu'à Las Vegas, pouvait-on en une nuit : manger un steak pour une poignée de dollars, s'incruster dans un mariage mexicain, se faire plumer au black jack par un croupier nommé Dong, jouer au video poker pendant treize heures d'affilée, siroter une piña colada servie dans une noix de coco, taxer une cigarette à une vieille de 85 ans sous aide respiratoire, foncer à bord d'une limousine aux frais de la princesse jusqu'au Spearmint Rhino, s'y frotter la queue contre une ex-Miss USA, dégueuler à l'arrière d'un taxi conduit par un ancien para, sniffer de la coke bas de gamme dans les toilettes du O'Sheas, et finir par trouver la carte miraculeuse, celle qui défonce la paire d'As de votre adversaire et vous fait gagner un tournoi de poker  ? À Las Vegas, et nulle part ailleurs. »

 

Derrière l'image de Las Vegas, métropole gigantesque aux néons luisants, se cache un visage blafard, celui des losers exsangues, des parieurs éreintés, des prostituées camées et des motels croulants. Dans Lost Vegas, le journaliste américain Paul McGuire raconte les arrière-cours du gaming business, les tricheries et les pactes faustiens des casinotiers, la réalité sordide d'une ville qui révèle plus qu'aucune autre la misère humaine.

 

Le livre paraît le 25 mai aux Editions « Inculte » sous l' ISBN : 978-2-916940-41-0 dans un format 14*19, 340 pages pour le prix de 20 euros.

 

Bonne lecture.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


04
MAI

EPT de San Remo (8)

Rupert Elder l'emporte (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 04 mai 2011 - 09:45

La logique a finalement été respectée hier à San Remo, et c'est le chipleader à l'entame de la finale, le britannique Rupert Elder qui s'est emparé du titre au nez et à la barbe de l'allemand Max Heinzelmann.

 

Un Heinzelmann qui est tout doucement entrain de se voir attribuer le surnom de Poulidor du poker. Ce dernier termine en effet pour la seconde fois consécutive à la seconde place d'un EPT, après Berlin il y a à peine 3 semaines. Une seconde place rentable, puisqu'après les 500.000€ de Berlin, Heinzelmann vient d'ajouter 600.000€ à sa bankroll.

 

Quant-à Elder, pour sa victoire, il remporte pas moins de 930.000€, et un bracelet offert par le sponsor local Shamballa Jewels d'une valeur de 16.000€ (voir photo).

 

La troisième marche du podium est occupée par la joueuse canadienne Xuan Liu, qui réalise là une énorme performance. Après être devenue la 9ème femme de l'histoire à parvenir en table finale d'un EPT, elle n'a pas démérité et a remporté un joli chèque d'encouragement de 360.000€.

Et enfin avec Max Lykov, 4ème de cette finale, on peut clairement dire que le match Italie-reste du monde a été un fiasco pour les joueurs locaux qui terminent respectivement aux 4 dernières places de la finale.

 

Point de vue Belges, nous retiendrons de cet EPT la 3ème place payée consécutive de Kevin Vandersmissen, et le premier ITM en EPT de Bart Verbanck.

 

Dès cette fin de semaine nous nous tournerons, vers l'Espagne, où commencera à Madrid, la toute dernière étape de cette saison 7 de l'European Poker Tour.

 

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news



Le pourboire est libre et discrétionnaire

Site Internet par Xstudio.be | Backend par Produweb