Circus Poker v2.0


06
AVR

EPT de Berlin 2011 (1)

Retour sur le Day 1A et point sur le 1B (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 06 avril 2011 - 14:52

Comme je vous l'avais annoncé ce dimanche, l'European Poker Tour a posé hier ses valises en terres allemandes et à Berlin plus précisément.

 

Nouvelle année, nouvelle salle. Le tournoi a quitté l'hôtel dans lequel il se déroulait l'an dernier pour le casino situé juste de l'autre côté de la rue.

 

Avantage indéniable, une sécurité accrue (tout le monde a encore en tête le braquage de l'an dernier). Par contre, ce changement de lieu a pour conséquence la mise à disposition des joueurs d'un espace beaucoup plus réduit, divisé sur 3 étages différents (dont l'un directement situé à l'intérieur de la salle des machines à sous), la limitation à 400 joueurs par jour pour le nombre d'inscrits (ce cap aura d'ailleurs des conséquences malheureuses pour un de nos compatriotes - voir plus bas), et de grandes difficultés pour les journalistes de circuler entre les différentes tables.

 

Avant d'aborder le day 1B qui se déroule en ce moment même, revenons sur le day 1A qui s'est terminé hier.

 

Un total de 315 joueurs se sont présentés pour le day 1A. 160 joueurs ont survécu. 5 de nos compatriotes étaient de la partie.

 

Le meilleur est venu de Vincent Vergauwen (qualifié pokerstars), qui termine la journée avec 105.500 jetons. Kenny Hallaert a également réussi a se qualifier avec un stack de 37.000 jetons (la moyenne de la journée pointant à 60.000).

 

Par contre Pierre Neuville a connu une journée assez difficile, et ne reviendra pas au day 2. Nous ne reverrons plus non plus Hannu Peltola et Fabrizio Cataldi, deux joueurs non connus mais répertoriés comme belges.

 

Aujourd'hui, nos compatriotes auraient du être 9, mais ils ne sont finalement que 8 à jouer. En effet, Jamel Maistriaux est finalement resté sur le carreau (tournoi complet), et devra se contenter de sides events.

 

Les 8 belges en course aujourd'hui sont Vincent Gabel, Davidi Kitaï, Matthias De Meulder, Kevin Vandersmissen, Joel Benzinou, Filip Verboven, Koen De Visscher et Christophe De Meulder.

 

Le jour 1B accueille finalement 458 participants, les organisateurs ayant du céder devant les nombreux joueurs mécontents de ne pas pouvoir jouer. Pour ce faire, ils ont supprimé plusieurs tables de cash game, et ont ainsi pu accueillir 58 participants supplémentaires.

 

Cet élargissement porte le total final de joueurs inscrits à 773 joueurs.

 

Puissent nos compatriotes nous faire rêver comme ils l'avaient fait à Snowfest il y a 3 semaines.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


05
AVR

La France du on-line gronde

Trop de sharks dans l'aquarium (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 05 avril 2011 - 22:20

Rappelez-vous, en octobre 2010 PokerStars organisait le FCOOP, premier championnat de poker en ligne dans une France au poker légalisé et arjelisé.

 

Ce ne sont pas moins de 1344 participants qui ont tenté de décrocher le titre national et les 96.264 euros qui vont avec. Et à ce petit jeu, c'est … l'Anglais « siicklas » qui l'a emporté au grand dam des froggies. La perfide Albion a vaincu une fois de plus. Tollé général dans l'hexagone. Et un peu plus tard, un sondage sur ClubPoker montrait que plus de 70% des joueurs voulaient tout simplement interdire le .FR aux étrangers.

 

Cette cruelle défaite apporte de l'eau au moulin à Tony G et la talentueuse Vicky Coren. qui proclament à qui veut les entendre que le .FR est un véritable aquarium.

 

L'histoire se répète lors des SCOOPS, également organisé par PokerStars France ces jours-ci. Lors des événements 1, 8 et 9, ce sont un Autrichien et deux Scandinaves qui ont remporté le pactole relançant la polémique. Lors de la table finale de l'event 8, il y avait quatre étrangers qui se sont tous classés dans le top 5 !

 

Le .FR est devenu un véritable terrain de pêche pour les sharks étrangers. La France gronde car confinée sur leurs terres, les joueurs apprécient peu de se voir spolier lors des grands événements. Plutôt que de mesurer leurs propres faiblesses, ils préfèrent envier la prochaine législation belge qui permettra de jouer tournois et sit and go contre le monde entier (ou presque).

 

Ce cloisonnement à sens unique a été mis sur la table de discussion lors des réunions de débriefing prévues dans le planning de la légalisation du poker sans rencontrer d'écho favorable.

 

Il ne reste plus qu'une seule solution pour nos amis d'Outre-Quiévrain: … élever leur niveau de jeu !

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


05
AVR

Enquête financière en Italie

Le fisc italien s'intéresse de près aux joueurs de poker professionnels (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 05 avril 2011 - 13:55

La Brigade Financière italienne a récemment envoyé un courrier aux principaux joueurs de poker italiens afin de leur demander des informations sur leurs gains.

 

Ce sont les joueurs ayant des contrats avec des poker rooms italiennes ou internationales qui ont été ciblés. Les questions portaient sur les gains mais aussi sur les autres revenus. Le détail des contrats avec notamment les droits à l'image et les commissions a été demandé.

 

Les autorités fiscales tiennent particulièrement à ce que la réglementation italienne soit respectée non seulement en ce qui concerne les revenus inscrits par les joueurs sur leur déclaration de revenus mais aussi à l'égard de la réglementation actuelle sur le transfert des fonds de l'étranger. Les joueurs sont invités à présenter toutes les pièces justificatives au bureau fiscal dont ils dépendent.

 

Dès janvier, le fisc italien avait déjà affirmé que tous les revenus provenant de gains réalisés sur un site web qui ne possède pas d'établissement en Italie, et qui, par conséquent, n'était pas imposé à la source, devraient être déclarés. Ces revenus sont assujettis à l'impôt personnel sur le montant total sans aucune déduction autorisée pour les dépenses engagées.

 

Le Ministère des Finances avait aussi expliqué que si le contribuable alimente son jeu en ligne au moyen d'un compte non productif d'intérêt des banques étrangères, l'exécution du compte pourrait être considéré comme une activité financière extérieure, objet d'un suivi fiscal. Dans ce cas, si le compte à l'étranger a un solde de plus de 10 000 euros, et si les mouvements à travers le compte d'une année atteignent ce montant, il devra être déclaré comme un actif financier qui pourrait produire un revenu étranger susceptible d'être soumis à l'impôt italien.

 

Pour les années d'imposition 2006 à 2009, les informations sur les formulaires devraient donc indiquer, entre autres, le montant des gains et des bénéfices qui ont été conservés dans des comptes étrangers et le solde de ce compte sur chaque année au 31 décembre. La date, le lieu et l'organisateur de chaque épreuve dans laquelle un joueur a pris part, avec les montants respectifs gagnés et toute la documentation concernant l'impôt déjà payé, doivent être montrés. Les joueurs devront également indiquer les moyens par lesquels les fonds ont été rapatriés.

 

L'histoire ne dit pas si les joueurs pourront déduire les prestations des masseuses lors des longues journées de tournoi.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


04
AVR

WPT Bratislava

Et de deux pour Roberto Romanello (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 04 avril 2011 - 19:15

Le Gallois Romanello, déjà vainqueur de l'EPT Prague en décembre dernier, a réussi la difficile passe de deux (un EPT et un WPT) à Bratislava.

 

Joueur bien connus au Pays de Galle, Robert a découvert le poker en 2005, alors qu'une blessure encourue lors d'un match de foot l'obligeait à garder la chambre. Durant ses trois mois d'immobilisation, il découvrait le poker online, y gagnait un package WPT. Même s'il finissait à la bulle dudit tournoi, le virus poker était incubé !

 

Après une grosse victoire à Barcelone (53000$) en 2006, il confirmait en 2007 en terminant troisième du GIKPT (67000$) avant de réaliser en 2009 son premier gain à 6 chiffres (200.000$) grâce à une victoire au Partypoker European Open V.

 

2010 était donc l'année de la consécration avec le titre EPT conquis à Prague et le résultat de ce week end peut donc être considéré comme une confirmation pour Robert, qui entre dans la cour des très grands !

 

Accessoirement, il ajoute 140.000 € à sa bankroll à l'issue d'une table finale qu'il avait atteinte en qualité de chip leader. Il disposera en heads up du colombien Mayu Roca (qui réalise quant à lui sa meilleure performance personnelle ici).

 

Les résultats de la table finale :

 

1. Roberto Romanello 140 685 €

2. Mayu Roca 71 000 €

3. Alexander Jager 42 000 €

4. Frank Dollinger 33 000 €

5. Jesper Hoog 26 000 €

6. Chris Williamson 21 000 €

7. Bodo Sbrzesny 17 000 €

8. Marek Tatar 14 000 €

9. Lubomir Kudlicka 11 000 €

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


04
AVR

Ne dites plus Bwin ou Party Gaming

...mais bien Bwin.Party digital entertainment. (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 04 avril 2011 - 17:15

Les premiers pourparlers datent de 2008 et une annonce officielle d'intention d'alliance des deux compagnies avait été faite en juillet. C'est maintenant officiel et les deux géants de l'industrie du jeu partent à l'attaque de PokerStars et de FullTilt poker en vue de la régulation du marché américain qui risque d'arriver dans les prochains temps.

 

Ce partenariat est complémentaire puisque Bwin est le leader incontesté du pari sportif et ce non seulement dans le domaine du football dans lequel son sponsoring est très actif. Party Gaming n'est pas en reste car jusqu'à son retrait du marché américain en 2006, il se positionnait en leader du poker en ligne.

 

L'apport des joueurs de bwin devrait positionner le nouveau groupe au troisième rang juste devant iPoker. La perspective de reprendre le leaderchip n'est pas incongrue. Le réseau Ongame sera réellement décapité puisque Bwin constituait son fer de lance. De son côté Party Gaming apporte dans la corbeille de la mariée sa récente acquisition de la marque WPT, très porteuse sur le marché.

 

Au niveau des paris, la nouvelle compagnie sera deux fois plus fréquentée que William Hill et Ladbrokes.

 

Jim Ryan (de PartyGaming) et Norbert Teufelberger (de bwin) se partageront le rôle de PDG de Bwin.Party digital entertainment : "Nous sommes ravis que la fusion soit désormais officielle et que nous puissions commencer avec l'intégration de nos compagnies et ainsi capturer les synergies que nous avons déjà identifiées pour offrir le meilleur dans le domaine du pari sportif, du poker, des jeux de casino et du bingo."

 

Les joueurs de poker devront bien évidemment attendre quelques mois avant de voir les effets de cette fusion. Le logiciel utilisé sera donc celui de Party Poker dont l'ergonomie est unanimement appréciée.

 

Que ce soit sur le marché européen ou aux Etats-Unis, Jim Ryan se dit prêt à attaquer le leadership du marché du jeu.

 

Quant au marché belge, bien évidemment, il n'en a pas été question dans les négociations.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news



Le pourboire est libre et discrétionnaire

Site Internet par Xstudio.be | Backend par Produweb