Circus Poker v2.0


24
JAN

Les lauriers d'un génie d'internet

11 triples couronnes pour Chris Moorman (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 24 janvier 2011 - 11:47

Savez-vous ce qu'est une triple couronne ?

 

Il s'agit d'un trophée inventé par le site www.pocketfives.com et qui récompense tout joueur capable de gagner dans la même semaine trois tournois multi-tables comportant au minimum 100 participants et 10.000$ de prize pool et ce dans trois rooms différentes.

 

Je vous avoue humblement que si une fois dans ma vie je parvenais à réaliser un tel exploit, je danserais la gigue de la winneuse jusqu'à épuisement en hurlant à qui veut l'entendre : "Qui c'est qui rit, c'est Valérie !" !

 

 

Chris MOORMAN lui vient de réussir cet exploit pour la onzième fois ! Si si, vous lisez bien : à onze reprises, cet extra-terrestre du poker online a réussi cette gageure alors qu'il n'a même pas encore soufflé les bougies de son 26e printemps !

 

Certes, ce britannique surdoué est loin d'être un inconnu et cumule déjà un gain online de 6.255.000 $ et des poussières mais tout de même les amis, enchaîner une victoire dans un 50$ sur UB, puis gagner un 50$ rebuy sur pokerstars pour récidiver dans un 60000$ garantis sur Full Tilt c'est du lourd moi je vous le dis !

 

Et dire que cet exploit n'est jamais que la onzième répétition d'un scénario de gagnant alors là respect !

 

Moi franchement, je vous le dis, si après ça il n'attrape pas la grosse tête ...

 

Pour la petite histoire, le seul joueur à avoir gagné plus de 5 triples couronnes est Peter “Belabacsi” TRAPLY, un joueur hongrois qui cumule sur le net un modeste gain de 3,5 millions de dollars (glurp !) et totalise dix triples couronnes sur une tête qu'on imagine bien remplie !


 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


24
JAN

Le poker et les bulles

Quand BD et poker font bon ménage (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 24 janvier 2011 - 11:08

Non, il ne s'agit pas de la bulle, cette période stressante ou enivrante qui précède l'attribution des prix lors d'un tournoi de poker mais bien d'une allusion aux phylactères, ces bulles qui contiennent le texte des bandes dessinées.

 

Lorsque l'on évoque la bande dessinée et le poker, l'image de Pat Poker me saute aux yeux. Le personnage, patibulaire, accompagné de son complice Angelface donnera bien des soucis à Lucky Luke. Le poker y est présenté comme un jeu dans lequel les tricheurs y sont incontournables.
Les manches et les poches qui contiennent des as à foison, le pigeon de passage, le goudron et les plumes font partie des clichés traditionnels de Morris.

 

Fi de la nostalgie, intéressons-nous aux publications actuelles. Les jeunes auteurs rencontrent beaucoup de difficultés pour se faire éditer. De plus en plus, ils utilisent internet afin de faire connaître leurs créations.

 

 

Petite revue des blogs.

 

Les aventures de Tilt (par Julien Beck)

 

 

Ce blog est tenu par un jeune amateur de poker et de dessins. Les débuts sont difficiles, le trait est hésitant et les textes sont hélas parsemés de fautes d'orthographe.
A force de pugnacité, le style inspiré des mangas s'affirmera et les dialogues seront parfaits.

 

Tilt, le héros est un jeune gars, addict, qui vit en couple dans un pavillon. Sa passion démesurée pour le poker lui vaut des mésaventures avec son entourage.

 

Le point fort de Julien Beck tient dans le découpage de ses planches. Il parvient à mettre du dynamisme dans ses historiettes qui sentent le vécu. Ce blog en devenir est à suivre absolument.

 

 

Poker Nem (par Julien Nesme)

 

 

Ici, nous franchissons un pallier. Julien Nesme a de la bouteille et ça se voit. La qualité de son blog récemment relooké en témoigne. Le style est personnel, soigné, mature.

 

Régulièrement, l'auteur se met en scène dans ses sessions de poker en ligne qui tournent rarement à son avantage. Nem travaille principalement sur un format de planche classique. La qualité de son oeuvre a été reconnue récemment puisqu'il vient d'être engagé par CardPlayer pour illustrer les éditoriaux de la version française du magazine.

 

Gageons que ce dessinateur connaîtra bientôt la consécration par l'édition d'un album « en vrai ».

 

 

L'actu en patates (par Martin Vidberg)

 

 

Vidberg est dessinateur professionnel pour le journal « Le Monde ». Adepte de la ligne claire, il illustre quotidiennement l'actualité avec ses petits personnages qui ont la forme de patates.

Vidberg s'est intéressé au monde du poker et a produit quelques planches très réussies dans lesquelles il met en scène Monsieur Patate en prise avec le poker et Madame Patate qui n'apprécie pas toujours la nouvelle passion de son rondouillard de mari quoique …

 

 

+Ev (par Bobby Crosby et Tiger Claw)

 

 

Traversons l'Atlantique pour cette série qui date de 2006 et semble ne plus être alimentée à l'heure actuelle.
Le scénario est sensiblement le même. C'est l'histoire d'un gars qui a quitté son emploi pour jouer au poker en ligne ? Au travers des planches, nous voyons l'influence sur sa vie familiale avec son épouse et sa jeune fille.
Si le dessin est dans un style moins élaboré, les histoires de bad beats, de conflits familiaux, de gestion du temps sont excellentes.

 

La version originale est bien évidemment en anglais (très compréhensible) mais un blog francophone (Le meilleur du poker) vous propose une version traduite.

 

 

Revenons à l'actualité avec la parution prochaine de deux albums.

 

Poker – Dead money (Hors collection Le Lombard) – Derrien, Van Liemt


Derrien et Van Liemt nous ont proposé l'année dernière le premier tome d'une trilogie poker. Après « Short stack », c'est « Dead money » qui va paraître dans quelques semaines.

 

A travers de belles planches, une histoire bien ficelée au suspens haletant.

Synopsis : Engagé dans le tournoi final du Poker France 2009, Mark Middleton n'a pas le droit à l'échec. En effet, le jeune joueur n'est pas tant là pour le million d'euros que pour attirer l'attention du Cercle, la mystérieuse organisation à l'origine du meurtre de ses parents. Mais, concentré sur la table, les calls et les bluffs, il n'a peut-être pas réalisé que le Cercle ne l'a jamais quitté des yeux. Pas plus qu'il n'a réalisé que sa douce Gia est une tueuse professionnelle et que Tom Fehlmann, son ange gardien, court un danger mortel...

 

 

Poker Stars - La dame de coeur - W. et V. Desmons, P. Chéreau

 

 

Egalement trois volets pour cette série produite par Poker Stars.

Synopsis : Impossible de se « coucher » devant le culot d'une bande d'étudiants parisiens fans de poker : Matt, Mike, Kévin et Bob sont ainsi joyeusement mis en scène dans Poker Stars. Des as virtuels prêts à tout pour que Bob, amoureux transi de Vanessa Rousso, puisse rencontrer et déclarer sa flamme à cette célèbre, et bien réelle, joueuse professionnelle. Bob va d'abord devoir faire ses preuves sur Internet face aux meilleurs joueurs online dont Elky. Puis prouver sa valeur dans l'un des plus grands tournois européens, à Monte-Carlo, contre des joueurs mondialement connus comme Daniel Negreanu ou Dario Minieri. Une partie vraiment pas jouée d'avance et fertile en rebondissements. Mais Bob, fort du soutien inconditionnel de ses amis ayant tout plaqué pour le suivre dans cette drôle et folle aventure, va la gagner en réussissant à imposer un style… i-ni-mi-ta-ble !

 


Bonne lecture.

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


23
JAN

Un champion du monde généreux

J. Duhamel offre 100.000$ à une association caritative pour l'enfance. (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 23 janvier 2011 - 12:05

Le 9 novembre 2010, le Canada remporte pour la première fois le titre suprême de champion du monde de poker lors du main event du WSOP de Las Vegas.

 

 

Quelques semaines plus tôt, Jonathan DUHAMEL, s'assoit, anonyme, parmi 7319 participants en quête de la consécration et des 8.914.138 dollars.

 

 

 

 

Après un parcours de rêve, le jeune homme de 23 ans parvient à se hisser en table finale avec le statut de chip leader. Pour la seconde année, la table finale se fait quelques mois plus tard en novembre. Les puristes regrettent cette coupure dans le prestigieux tournoi mais les finalistes reconnaissent que c'est, d'une part, une excellente opportunité de monnayer sa visibilité lors du « November Nine » et d'autre part l'occasion de se documenter sur le style de leurs adversaires.

 

Le 6 novembre, Duhamel ne passe pas inaperçu lors de son arrivée sur le plateau final du tournoi car ce sont plus de cent trente cinq supporters aux couleurs du Canadien, célèbre club de hockey de Montréal, qui l'accompagnent et mettent l'ambiance. L'idée de porter cette vareuse à dominante rouge est née sur un forum : « Nous trouvions que l'équipe représentait bien notre racine québécoise et nous savons tous comment nous pouvons manifester lors d'un match de hockey. » Jonathan rajoute : « Nous voulions apporter cette ambiance à Vegas avec nous pour la finale ! J'avais de réels frissons en entendant les « Olé, Olé, Olé ».

 

Le travail de sape continue et le 9 novembre, le tête-à-tête décisif l'oppose à l'Américain John Racener, un vieux de 24 ans. Quarante-trois mains plus tard, un as de pique et un valet de coeur en main, Duhamel pose pour la postérité derrière une montagne de liasses de dollars et de jetons et déclare : « Je suis le gars le plus heureux du monde ».

 

Quelques jours plus tard, Duhamel fait la tournée des plateaux de télévision. Lors de son passage dans l'émission « Tout le monde en parle », il est interrogé sur ce qu'il va faire de son argent. Il explique qu'il compte voyager aux quatre coins du monde et financer des tournois mais aussi qu'il va faire un don de 100.000$ à l'association caritative liée à l'équipe des Canadiens de Montréal. Belle promesse.

 

Samedi dernier, dans une ambiance survoltée, le Canadian affrontait les Ducks d'Anaheim. Pour l'anecdote les locaux arrachent un point après prolongation et tirs aux buts.
Mais la fête du coeur fût complète avec la célébration du retour sur la glace d'un joueur ayant vaincu le cancer et par la cérémonie qui vit Jonathan Duhamel remettre officiellement les 100.000$ à Pierre BOIVIN, Président de l'Association des Canadiens pour l'Enfance.

 

Jonathan Duhamel, un grand joueur et un homme de parole.


 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


23
JAN

N'écoutez pas Phil Hellmuth

"Don't listen to Phil Hellmuth" (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 23 janvier 2011 - 11:43

Ce livre de Dusty SCHMIDT a pour sous-titre "Corrigeons les 50 plus mauvais conseils poker jamais entendus !".

 

La photo de couverture, l'utilisation du nom de Phil HELLMUTH et la promesse d'une prose sans concession font un peu penser à ces tribuns du marché du dimanche qui nous vantent, preuve à l'appui, les mérites d'une crème pour carrosserie. Une accroche très américaine et donc très vendeuse mais si le plumage attire l'oeil, qu'en est-il du ramage ?

 

Et puis d'abord qui est ce Dusty Chose me direz-vous ?

 

 

Comment ça vous ne le connaissez pas ... Dusty, enfin ! Ce millionnaire du poker qui gagne autant sur Fulltilt que Sur Pokerstars sous le pseudonyme de Leatherass9 (ah ! Là je sens que j'ai capté votre attention !)

 

 

Le ramage disions-nous : Le livre est découpé en trois parties

 

- La première tord le cou à 50 idées reçues telles que "supertight c'est mieux que tight" ou "punissez les limpers" ou bien encore "le jeu preflop est la clé du succès"


- La deuxième partie vous permet d'entrer dans la tête de LeatherAss au travers de 25 mains jouées lors d'une séance intense de multitabling.


- La dernière section du livre vous propose un quiz de 60 questions

 

Je ne l'ai pas encore lu en entier mais les premières réactions sur les forums sont plutôt positives.

 

Le livre est disponible en anglais au format papier mais aussi en pdf et même en ebook sur le site de l'auteur : http://dustyschmidt.net/

 

 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news


22
JAN

Fait divers américain

Voler les blinds, c'est EV+. Braquer les joueurs, c'est EV- (par Julien Becquart)

Catégorie : Actu & fait divers
Publié le : 22 janvier 2011 - 12:43

L'histoire se passe à Tiffin, dans l'Ohio.

 

Al ELCHERT organise depuis cinquante ans une petite partie entre copains. Jamais d'histoire, peu d'argent en jeu et la porte est ouverte aux amis des amis.

 

Récemment, Xavior PURNELL, un jeune homme de 24 ans rejoint le groupe et son arrivée est fort remarquée. Le gars est doué avec une propension certaine à voler les blinds. Il remporte la partie. La fois suivante, il perd mais avant de quitter la pièce il promet : « Je reviendrai ».

 

 

Xavior est un homme de parole. Quelques jours plus tard, il convie Christopher FERSTLER, une connaissance, à se joindre à la partie. Il échange sa poker face contre une cagoule, son stack contre un fusil de chasse et fait irruption chez Al Echert. Christopher Ferstler lance un sac sur la table et invite les dix joueurs à miser. Six s'exécutent. Les pieds nickelés sont fébriles et n'attendent pas que les quatre derniers raisent. Ils s'enfuient par la ruelle voisine en semant au passage une centaine de dollars.

 

La justice les rattrapera et les condamnera à 10 ans pour vol qualifié. Ils doivent également restituer les … 480$ volés.

 

Quand à Al Elchert, la fin de partie l'a un peu refroidi. «Face au fusil de chasse, j'étais scared(1). Fini le sous-sol, je pense continuer à jouer au poker … chez les autres».

 

(1) Scared signifie « apeuré ». On utilise fréquemment l'expression « scared money » au poker. Être « scared money », c'est donc avoir peur quand il s'agit de miser de l'argent.


 


Connectez-vous pour écrire un commentaire - Il y a 0 commentaire pour cette news



Le pourboire est libre et discrétionnaire

Site Internet par Xstudio.be | Backend par Produweb